Chapitre XV : 4- Le courant idéaliste de la philosophie politique : le pouvoir

Dans la réalité, qui désire et recherche le pouvoir ? Qu’est-ce qu’un homme de pouvoir ?

Le sage est dans l’idéal celui qui a le pouvoir, mais cet idéal se heurte à un obstacle majeur : dans la réalité, il n’y a pas deux personnages plus éloignés l’un de l’autre que le sage et l’homme de pouvoir.
Qu’est-ce donc que le pouvoir ? Celui qui aime le pouvoir n’aime pas seulement la forme que prend le pouvoir en politique, mais il aime, de manière générale, avoir la faculté d’exercer sur l’autre une pression telle qu’il l’amène à faire quelque chose qu’il n’aurait pas fait spontanément et par lui-même. Si de plus l’autre croit que ce qu’il fait vient de lui, le pouvoir se fait manipulation. L’homme de pouvoir est celui qui se caractérise psychiquement par le fait d’aimer le pouvoir qu’il exerce sur les autres, car il se sent exister plus intensément, lorsqu’il oblige les autres à lui obéir, en imprimant ainsi sa volonté sur eux. L’homme de pouvoir aime tous les pouvoirs. Or, s’il se distingue si radicalement du sage, c’est qu’il y a quelque chose de pervers dans le plaisir qui consiste à voir les autres dépendre de soi est plié sous ses caprices. Le pervers ne trouve son plaisir qu’indirectement, en passant par l’autre, en le soumettant. Il est sûr que le sage est à l’opposé de toute espèce de perversion, mais aussi de toutes les tentations qu’exerce le pouvoir, parce que le sage se caractérise tout d’abord par un puissant quant-à-soi, par une grande indépendance psychique à l’égard de l’autre et par le respect de sa différence.
L’exercice du pouvoir politique, lorsqu’il est compris dans son sens réel, est tout sauf l’exercice du pouvoir en son sens générique : c’est l’exercice d’un service à la communauté. Si le sage est celui qui est le mieux placé pour exercer le pouvoir politique, c’est que lui seul sait de manière concrète et profonde que l’homme d’État est un serviteur du peuple et que le roi est le membre de la communauté le plus contraint, celui qui a le moins de temps libre à lui, celui qui porte sur ses épaules le plus de responsabilités, celui qui, de ce fait, a le plus de soucis. L’homme départ et a fortiori le roi (le souverain, le président, etc.) n’ont de légitimité dans l’exercice de leur pouvoir que parce qu’ils servent, bien plus que n’importe quel membre de la communauté politique, l’intérêt général de leur communauté. C’est pourquoi ils sont tellement dignes de respect, et pourquoi tous les sujets s’inclinent devant le souverain. Ce n’est pas parce qu’il a du pouvoir, mais parce qu’il accepte de porter le poids le plus lourd, la responsabilité suprême. Celui qui comprend la vraie nature du pouvoir, qui est d’être un service souvent très astreignant et éprouvant à la collectivité, tend à le fuir, comme le montre Platon. Il faut alors presque l’obliger à exercer cette responsabilité et à emporter, en toute conscience, le poids : « Socrate- Il nous incombera donc, à nous fondateur, d’obliger les meilleurs naturels à se tourner vers cette science que nous avons reconnue tout à l’heure comme la plus sublime, à voir le bien et à faire cette ascension ; mais, après qu’ils se seront ainsi élevés et auront suffisamment contemplé le bien, gardons-nous de leur permettre ce qu’on leur permet aujourd’hui.
Glaucon- Quoi donc ?
Socrate- De rester là-haut, répondis-je, de refuser de descendre de nouveau parmi les prisonniers et de partager avec eux travaux et honneurs, quelque soit le cas qu’on en doive faire.
Glaucon- Et quoi ! S’écria-t-il, commettrons-nous à leur égard l’injustice de les forcer à mener une vie misérable, alors qu’ils pourraient jouir d’une condition plus heureuse ?
Socrate- Tu oublies encore une fois, mon ami, que la loi ne se préoccupe pas d’assurer un bonheur exceptionnel à une classe de citoyens, mais qu’elle s’efforce de réaliser le bonheur de la cité tout entière. », La République, VII, 520a-520b.

Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *